Le sport, éternel absent de la critique du capitalisme