Artisanat

Opinions sur rue

Erosion des compétences et migration des limites.

Recherche d’un angle pour cet article… Et là, au bord de la route, une publicité...

Opinions sur rue

Je veux payer !

Car la gratuité n'est plus la Gratuité.

Carnets de voyage

Les pommes du Soleil

Val Chisone, belle vallée.

Parcourir le chemin

Parcourir le chemin

NOUVELLE RUBRIQUE!
Forme Juridique: 
Salarié-e coopérateur-rice
Secteur d'Activité: 
Artisanat
Culture
La structure: 
Régis Fraisse
Régis Fraisse
44 avenue de Mérande
73 000
Chambéry
France
09 51 91 93 93
06 03 60 13 45
Courriel: 

rgs.frs(a)free.fr

Origine du projet: 

Régis Fraisse à de multiples cordes à son arc. Il exerce aussi bien dans le domaine de la métallerie (conception, réalisation, pose), comme technicien au sein de bureau d'études sur la conception de machines spéciales et d'autres activités en lien. Mais le domaine dans lequel il souhaite s'épanouir est le milieu du spectacle en tant que régisseur son, notamment pour le théâtre, et musicien.

Cette dernière activité, exercée à mi-temps environ est relativement difficile et ne permet pas de vivre correctement. Le fait de travailler en CDI sur une autre de ses activités ne lui permettrait pas la souplesse que lui demande la régie de spectacle. Il tatonne donc à la recherche d'un statut lui correspondant. Après un premier contact avec la CCI, il se rend bien compte de la complexité de sa position. Pour bien faire, il faudrait créer un statut particulier à chaque activité (domaines différents, interlocuteurs différents, mode de fonctionnement administratif et fiscal différents...).

En 2005, un de ses amis lui parle de la Scop Oxalis et de son statut de CAE. C'est la solution à son dilemne, il peut exercer l'ensemble de ses activités sous un seul statut, celui de salarié-entrepreneur. Il découvre également d'autres avantages qu'il ne soupçonnait pas : la mutualisation de services (comptabilité...), les valeurs qui animent la Scop. En mai, il fait sa demande pour entrer à Oxalis. Après une rencontre collective d'information, un entretien individuel sur son projet avec la gérante de l'époque et une étude de son projet par un groupe informel d'Oxalis, il signe en juillet 2005 son entrée au sein d'Oxalis en tant que salarié entrepreneur.

  • Métallerie : création, conception, réalisation, pose
  • Bureau d'études : conception de machines spéciales
Chiffre d'affaire ou budget: 
20.000 à 25.000 euros annuels
Investissement : 

Il avait déjà pas mal de matériels avant de rentrer à Oxalis notamment en terme de sonorisation. Il est actuellement plus dans une logique de non renouvellement et même de revente car il se rend compte que le matériel n'est pas un plus. Bien souvent, dans le cadre de spectacles, le matériel est soit déjà disponible, soit loué à un prestataire spécialisé. L'accumulation est donc plus un souci en terme de rangement qu'un atout qu'il peut mettre en avant.

Un logiciel performant pour le travail du son et un logiciel performant de dessin vectoriel pour la partie bureau d'études

Il n'a pas identifié de besoin particulier pour le moment dans les autres domaines.

Salaires : 

Son salaire actuel pourrait être plus important. L'idéal serait de l'augmenter de 50%. En revanche, cela demanderait de la part de Régis Fraisse de modififer sa manière de faire, de se lancer sur de la prospection et de privilégier les domaines qui rapportent.

Un travail qualifié devrait être rémunéré à sa juste valeur mais la Culture ne paie pas !

Date début: 
Janvier 2005
Valeurs éthiques: 

Aucune valeur précise n'avait été identifiée par Régis Fraisse dans son projet d'entrepreneur au début. Il ne pensait même pas qu'il était possible de trouver un adéquation entre valeurs humanistes et travail. La rencontre avec Oxalis lui a permis de prendre en compte cette dimension. Et c'est principalement pour ces valeurs qu'il reste à Oxalis maintenant.

Mode d'entreprenariat : projet d'entreprise à finalité sociale et sociétale ; inscription dans une démarche environnementale: 
5
Propriété de l'entreprise : primauté de la personne sur le capital: 
8
Ancrage territorial : économie de proximité ; liens avec les acteurs locaux ; implication dans la politique territoriale locale: 
8
Gouvernance de l'entreprise : 1 personne = 1 voix ; égalité homme/femme ; gouvernance démocratique et participative: 
8
Redistribution du résultat de l'entreprise dans le projet (absence et lucrativité limitée): 
10
Rémunérations équitable entre les salarié-e-s: 
10
Cohésion sociale : liens intergénérationnels, absence de discriminations, dialogue social: 
8
Bilan Global: 

Les objectifs du début sont différents de ses objectifs actuels. Il a atteind ses objectifs du début (il peut exercer sa pluriactivité de façon simple et légale) et à moitié ses objectifs actuels (travailler plus dans la Culture, s'investir sur des projets qui l'intéressent, vivre mieux de ses activités).

Les difficultés :

  • savoir trouver du travail dans la Culture ;
  • la baisse des budgets pour la Culture ;
  • le statut d'intermittent du spectacle est plus avantageux que celui de salarié-entrepreneur. Régis Fraisse a d'ailleurs dû se créer un statut d'intermittent afin d'honorer certains contrats, celui de salarié-entrepreneur ne lui permettant pas d'être considéré comme personnel à part entière et de se retrouver comme fournisseur et non comme salarié. Pour certains bailleurs de fonds, comme la région Rhône-Alpes, les budgets ayant une grille de répartition figée, cela posait parfois problèmes pour les compagnies qui engageaient Régis Fraisse.

Perspectives : 

Fonctionnamt au fil de l'eau, Régis fraisse continue de cette manière même si les périodes creuses alternent avec des pérodes pleines. Il a l'habitude qu'on vienne le chercher et ne sait pas comment faire pour aller chercher le travail. Sa collaboration avec d'autres salarié-e-s entrepreneur-e-s au sein d'Oxalis lui permet d'augmenter son volume d'activité. Oxalis a d'ailleurs la volonté de faire se rencontrer les salarié-e-s entrepreneur-e-s de même métier afin que ceux/celles-ci créent des synergies (veille juridique, réponse commune sur des appels d'offres, complémentarité...). Après avoir créer des pôles par région pour accompagner les salarié-e-s entrepreneur-e-s, des groupes métiers se mettent en place à l'échelle nationale. Des rencontres annuelles sont organisées.

Les conseils: 

La démarche de Régis Fraisse est très personnelle et il a donc eu du mal à l'orienter. Tourtefois, à toute personne qui se lance sur un projet de création d'activité, il conseille de bien réfléchir pour se trouver (expériences, connaissances, envies, rejets, atouts...) et de ne pas se coincer dans une structure qui ne lui correspond pas.

Sensibilisation à l'ESS: 

Les valeurs de l'ESS n'étaient pas inconnues et étaient même mises en pratique dans le cadre d'évènements militants ponctuels. Avec Oxalis, ces valeurs se retrouvent au quotidien, tout au long de l'année, autour de ce qui nous fait vivre.

Il y a une dimension d'autogestion très forte et très importante.

A travers l'expérience de la structure, avantages et limites de l'ESS: 
  • La prise de décision prend souvent du temps, l'avantage est que lorsqu'une décision est prise, du fait du consensus, elle n'est pas ou peu remise en cause.

  • En revanche, la tendance de certain-e-s est parfois de vouloir débattre de tout !

  • En terme de qualité de vie, il vaut mieux aimer son travail car il est peu rémunérateur ! Les heures supplémentaires ne sont pas rémunérées à leur juste valeur et il y a souvent un problème de rentabilité car les personnes investies dans l'ESS sont souvent en recherche perpétuelle d'exigence.

  • La réalisation d'une activité dans l'ESS permet de savoir pourquoi on le fait, où vont les résultats.

Pistes de réflexion pour renforcer l'ESS: 

Les travailleur-es de l'ESS, qui sont souvent militant-es actif-ves ailleurs, ont souvent un emploi du temps très chargé qui n'est pas compatible avec la qualité de vie recherchée.

L'ESS doit se populariser, montrer que ça marche bien, mais le risque est de se banaliser et donc de s'édulcorer.

Ça y est ! Il est là ! Le premier guide de consommation alternative et locale sur la...

Parcourir le chemin

[Au jardin] La fertilisation d'automne.

Entretenir la qualité de sa terre

De tout temps, aujourd'hui

Idées cadeau!

Comme chaque année la surconsommation va-t-elle battre son plein ? Pas si sûr...
Forme Juridique: 
Salarié-e coopérateur-rice
Secteur d'Activité: 
Artisanat
Service aux collectivités
Urbanisme
La structure: 
Ludovic Biais
Ludovic Biais
Les Claret
73 670
Saint Pierre d'Entremont
France
06 87 66 58 06
Courriel: 

oxabiais(a)yahoo.fr

Origine du projet: 

Ancien salarié dans une entreprise du village de machines spéciales et de serrurerie, un important incendie met Ludovic Biais au chômage. Il saisit cette occasion pour se lancer tout seul. En recherche de stage, il prend contact avec la Chambre des métiers où une présentation de la Scop Oxalis lui est faite. Pour lui, la Scop est un évidence : pas de paperasse, il 'est pas gestionnaire et bénéficie d'un accompagnement sur son projet professionnel. Intuitivement, en 2007, il intègre Oxalis. Les valeurs lui plaisent et il sent qu'il fait le bon choix. Il signe alors l'un des premiers CAPE (Contrat d'Appui au Projet d'Entreprise) de l'époque. S'il n'avait pas fait ce choix, il n'existerait plus en tant qu'artisan à l'heure actuelle !

Seul dans le secteur dans sa spécialité, il a pu développé une clientèle diversifiée : collectivités, ONF (Office National des Forêts), p

Chiffre d'affaire ou budget: 
65.000 € par an
Investissement : 

Au début de son activité, Ludovic Biais a bénéficié d'un prêt à taux 0 de l'ADIE (Association pour le Droit à l'Initiative Economique) pour un montant de 7.500 € lui permettant d'investir dans ses premiers matériels.

Actuellement, au sein d'Oxalis, il s'est inséré dans le réseau interne de crédit, la petite oseille, grâce auquel il a pu acheter une poinçonneuse et prévoit d'investir au fur et à mesure de ses besoins.

Personnel: 

Indépendant sur son activité, il a développé des liens avec d'autres salarié-e-s coopérateur-rice-s tel-le-s que Régis Fraisse. Il fonctionnait essentiellement par sous-traitance jusqu'à maintenant et il commence à développer des liens de collaboration. Ce nouveau partenariat lui permet de ne pas s'engager seul sur des prestations, il partage les risques. Etant de la même coopérative, la confiance s'est vite établie et ils ont pu se lancer sur dees chantiers de plus grandes ampleurs : rénovation d'anciens télégraphes, chantiers du patrimoine.

Salaires : 

Ludovic Biais considère qu'il pourrait vivre largement mieux que maintenant de son métier mais il n'a jamais été un bon gestionnaire, il dépanne beaucoup et à la chance de partager sa vie avec quelqu'un gagnat bien sa vie. Vivant dans un petit village où tout le monde se connait, il est très souvent sollicité pour des petites réparations, de menus services qui ne rapportent rien ou pas grand chose. Toutefois, cela fait parti de ces liens sociaux chers à Ludovic Biais et indispensables pour maintenir cette place au sein de cette petite société.

L'argent n'est donc pas un moteur mais il en faut et Ludovic Biais souhaite se prendre en main, changer de mode de fontionnement en sous-traitant un certain nombre de tâches qu'il ne souhaite plus faire comme la chaudronnerie mais sur lesquelles il maîtrise les marges.

Date début: 
Avril 2007
Valeurs éthiques: 
  • D'abord l'humain avant l'argent

  • Etre indépendant (il n'a aucune envie de redevenir salarié)
  • Reconnaissance sociale au sein du village dans lequel il est installé, il a un statut

  • En accord avec les valeurs portées par Oxalis même s'il s'est un peu désengagé du fonctionnement (ancien administrateur) car cela lui prenait trop de temps au dépend de son activité

Bilan Global: 
  • Echec : Ludovic Biais n'arrive pas à dégager un salaire stable lui permettant de mieux vivre de son activité.

  • Avantage : Le travail vient tout seul, son savoir-faire est reconnu. On vient le chercher pour ses compétences, son esprit inventif et sa spécificité. Il peut vendre ses réalisations au bon prix maintenant.

Perspectives : 

Ludovic Biais a envie de s'épanouir encore plus dans ce qu'il fait en sous-traitant, lorsque c'est possible, les tâches qui lui plaisent moins et en développant plus l'aspect artistique de sa pratique. En lien avec un autre salarié-coopérateur d'Oxalis, Emmanuel Roussel, qui a créé Mégamorphose, il se lance dans le e-commerce et le démarchage auprès de clients importants tels que les grands hôtels de station. Malgré son absence d'expérience en terme de démarchage, cette perspective ne l'inquiète pas. Il sait mettre en valeur son savoir-faire et à confiance en lui. Il souhaite ainsi monter en puissance progressivement dans la décoration en développant toute une gamme d'objets artistiques.

Les conseils: 

Le parcours est loin d'être évident et il faut s'attendre à rencontrer des embuches sur ce parcours qui en est jalonné. Cela demande donc de l'énergie et beaucoup d'inventivité. Sans expérience professionnelle au préalable, il ne se serait jamais senti capable de se lancer tout seul. L'expérience apporte de la maturité dans le projet.

Il est essentiel donc d'être motivé, curieux et de se trouver une "niche" dans laquelle s'insérer pour y trouver sa place. La prise de risque est essentiel pour se lancer un jour dnas cette aventure et cela vaut le coût d'essayer car même les échecs permettent de prograsser et d'apprendre.

Sensibilisation à l'ESS: 

Avant de rencontrer Oxalis, Ludovic Biais n'était pas plus sensible que cela à ce secteur. L'entretien individuel a été un déclic. "Oxalis est venu à moi, plus que moi à Oxalis".

Pistes de réflexion pour renforcer l'ESS: 

L'ESS doit mettre les pieds dans le plat. Elle a un rôle important de remettre en cause le système dans sa globalité en y apportant de la réflexion, des pratiques et des savoir-faire.