La petite librairie gratuite

La petite librairie gratuite
Et si vous donniez une copine à votre boîte aux lettres?

Little Free Library est un terme difficilement traduisible en Français. C'est une petite librairie, à la fois libre et gratuite.

Pour bien les comprendre, il est utile de savoir ce qu'est le "bookcrossing".

Vous vous souvenez ce livre très interessant, qui vous a marqué et que vous n'arrivez pas à retrouver dans votre bibliothèque car vous l'avez prêté mais vous ne vous rappelez plus à qui...? Le bookcrossing - ou passe-livre en français - , propose de faire exprès de perdre ses livres. A la base, on les laisse dans des lieux publics et transport en commun. On peut aussi le faire avec des revues militantes que l'on glisse dans le tas de la salle d'attente... Je connais un ou 2 membres d'...Et Faits Planète qui perdent ainsi bien volontier leurs revue écolo (L'Age de Faire, la Décroissance...) chez leurs médecins.

Un site permet, si on le veut, d'identifier ses livres avec un numéro et si les receveurs sont sympas, on sait comment voyage l'ouvrage qu'on a libéré.

Dans le genre, le bookray est un bookcrossing un peu particulier puisqu'une liste de receveurs existe. Quand on a lu, on fait passer au suivant, tant que la liste, qui peut s'allonger en cours de route, n'est pas finie. Et dans le cas du bookring, le dernier sur la liste est... le premier acheteur du livre qui retrouve ainsi son bien.

La little free library fonctionne sur le principe du passe-livre. Mais il s'agit de dédier, dans son quartier, un espace à cette activité. L'espace, qui ressemble à un gros nichoir à oiseaux la créativité en plus est, autant que possible, étanche et hors d'atteinte des animaux en tout genre. Il peut, selon les cas, être thématique ou sans thème particulier. Une rêgle est commune à toutes les boîtes : Si tu poses un livre, tu en prends un. Ainsi, la petite bibliothèque de ton quartier ne s'engorge ni se s'épuise jamais. Mais une microbibliothèque, c'est bien plus qu'une étagère...

Ainsi, en un an et demi d'existence, la microbibliothèque gratuite de Jonathan Beggs, une boîte perchée sur un poteau devant sa maison de Sherman Oaks à Los Angeles, est devenue bien plus qu'un simple lieu d'échange. Elle a permis à des étrangers de devenir amis et a transformé un quartier parfois impersonnel en une véritable communauté. Elle est devenue le cœur d'un minivillage, où les gens se retrouvent pour parler de Sherlock Holmes, de développement durable et de généalogie... "J'ai rencontré plus de voisins pendant les trois premières semaines qu'en trente ans", affirme Beggs, qui a 76 ans...

Les initiative de petites librairies gratuites se multiplient et ont commencé à avoir un début d'organisation avec Little Free Library, une association à but non lucratif qui peut aider à installer sa propre boîte, en fournissant des plans et indications pour bien démarrer. Elle tâche aussi de recenser les points-livre. Ces deux dernières années, près de 1 800 "bibliothécaires" ont rejoint le mouvement, dans environ 45 états américains et des dizaines de pays, dont le Ghana, le Royaume-Uni et l'Allemagne. On trouve sur le site Internet de l'association une carte qui recense toutes les microbibliothèques, ainsi que des photos des inaugurations en grande pompe. D'après le fondateur de l'association, le réseau rassemblait environ 3 000 microbibliothèques à la fin du mois de juillet.

Et si vous élargissez le concept de la boîte à livre à tous les autres objets, vous obtenez une "Givebox" ou boîte à don. A placer prêt des zones de recyclage ou dans un espace dédié, c'est partage à tout les coins de rue !